50-La débâcle

Labas réalise l’émission, son portable coincé entre l’épaule et l’oreille.

  • Prépare la photo quand il est sur le bateau « Rêve III »

Gabrielle Derien lance

  • Photo 98 ! Euh non, attends… C’est la 285 je crois… Euh…
  • C’est la débâcle !

Labas soupire, exaspéré. L’opérateur magnéto claironne

  • Je l’ai trouvée, c’est la 2 ! Photo calée !

Labas parle à l’oreillette d’Yvan le nouvel animateur, en commutant la photo dans les écrans.

  • Tu as la photo à l’image Titi !

Yvan interrompt son invité.

  • D’ailleurs nous voyons actuellement ce magnifique voilier…

Labas se redresse sans lâcher son téléphone.

  • Non ce n’était pas à toi que je parlais, ma chérie… Je te disais que j’ai rappelé à ton fils qu’il venait avec nous chez tonton… Oui… Je me demande s’il ne m’a pas parlé du coiffeur mais de toute façon je… Oui c’est ça, un dégradé espagnol avec des étoiles sur les côtés du crâne, non mais il est tombé sur la tête… Il sait que je ne veux pas qu’il… Comment ça trop tard ?… Quoi !… Mais je le lui avais interdit !… Il m’a peut-être dit qu’il allait chez le coiffeur mais… Je te dis que je lui ai interdit les étoiles et… Comment ça je n’écoute jamais ce qu’on me dit !

Parallèlement Yvan est en train de lancer un sujet, cela n’échappe pas à Labas.

  • Attends deux secondes ma chérie !

Il écoute Yvan faire son lancement et donne le top du magnéto qui remplit l’image. Il s’adresse à sa scripte.

  • Combien de temps ?
  • Quoi ?

Ses yeux s’arrondissent.

  • Le sujet, Gabrielle, le sujet dure combien de temps ?

Elle fouille dans ses papiers. Il se penche au-dessus d’elle, et regarde son conducteur sur lequel se trouve, normalement, toutes les durées.

  • Deux minutes trente, c’est ça ?

Un peu perdue, la scripte acquiesce sans conviction. Labas s’appuie contre le dossier de son fauteuil.

  • Je lui avais interdit de le faire !… Comment ça la crise de l’adolescence ? Bien la crise, il va la découvrir ce soir, la crise ! Je vais lui prendre son ordinateur ça lui évitera de s’inspirer des conneries qu’il y a sur internet, et son téléphone comme ça il ne sera plus encouragé par ses copains qui le trouvent génial et tout ça, jusqu’à ce que ses cheveux aient repoussés et que les étoiles disparaissent dans le ciel de sa tignasse, tu m’entends ?… Non mais je ne t’engueule pas toi… Ma chérie… Oui mais ton fils…Notre fils, je sais…Arrête sinon je vais avoir mal au crâne… Fais attention à mon ulcère… Ne t’énerve pas, je vais faire un malaise vagale… un AVC… un cancer de la prostate… un café ?… Euh oui, d’accord, je vais prendre un café… Oui… Bon, on se tient au courant… Dis donc j’y pense, on ne peut pas l’emmener chez tonton avec une bobine pareille ! Tu ne veux pas lui acheter une perruque ?… Un café ?… D’accord. Je t’embrasse ma chérie.

Labas pose son portable sur la régie et s’adresse à Gabrielle.

  • Il reste combien de temps d’ici la fin du sujet ?

Gabrielle sursaute.

  • Est-ce que j’ai le temps d’aller me chercher un café ?… Et un gâteau ?
  • Euh, je crois qu’il reste une minute.
  • Le « je crois » me gêne un peu…
  • Ah non ! Attendez, il reste vingt secondes !
  • Tout le monde en place !

Yvan se rassoit, la maquilleuse sort du champ, Terry enlève les bouteilles d’eau. La scripte en panique hurle « C’est finiiiii ! »

  • Y’a pas de décompte ?
  • Ça fait pas vingt secondes ça !

L’image du sujet s’arrête nette dans les écrans. Labas commute sur le plateau où on aperçoit Terry bondir hors champ des caméras. Yvan est abasourdi par ce retour incontrôlé.

  • Je pense qu’on coupera la tête que je fais au montage.

Labas ne peut s’empêcher de lancer.

  • Il a raison, des têtes vont tomber !

Labas s’adresse calmement au plateau.

  • Bon Titi, tu reprends après mon décompte comme si on sortait du sujet, d’accord? Deux, un…

Un instant de silence…

  • Cette bataille que nous venons d’admirer entre « Rêve III » et l’Océan Pacifique, est extraite d’un DVD qui vient de sortir…
  • Calez-moi la couverture du DVD !

La scripte navigue dans sa paperasse et s’affole.

  • Je ne retrouve plus le numéro du DVD !

Pendant ce temps, Stéphane l’opérateur magnéto, cherche parmi les images enregistrées sur sa bande élément.

  • Calé !

Labas passe l’image à l’antenne. Il soupire bruyamment en jetant un œil à Gabrielle, tétanisée.

  • Qu’est-ce qui s’est passé avec le sujet ?
  • Je crois que j’ai oublié de le regarder.
  • On me l’avait jamais faite celle-là ! Tu travailles avec qui d’habitude, Gabrielle ?
  • C’est-à-dire… Je n’ai pas d’habitudes…
  • Tout s’explique! Je n’ai pas eu le temps d’aller chercher mon café et de m’acheter un gâteau… Quelle poisse !

Stéphane quitte sa place pour venir déposer un kleenex sur lequel il pose avec soin un gâteau à côté de Labas. Celui-ci lui jette un regard reconnaissant.

  • Merci Stéphane !

L’autre fait une courbette et retourne à sa place. Il n’en revient pas qu’il se soit souvenu de son prénom. Ses doigts étant occupés à commuter les caméras, Labas lorgne son gâteau sans pouvoir y toucher mais reste concentré.

  • La caméra deux élargit.
  • Marc ? Gabrielle l’observe avec un léger sourire. Il a l’air bon ce gâteau… C’est dommage que vous ne puissiez pas le manger !
  • Je le mangerai pendant le prochain sujet.

Gabrielle se saisit d’un morceau qu’elle engloutit. Labas la regarde, choqué.

  • Hé ! Mais c’est mon gâteau !
  • Moi aussi j’ai faim.
  • Demande à Jean de t’en donner un !

Elle prend un autre morceau qu’elle gobe. L’opérateur magnéto fait la gueule en écrasant son paquet de gâteaux vide.

  • C’est Stéphane, non ?
  • Tu peux me laisser réaliser mon émission oui ? Tu m’empêches de me concentrer, laisse mon gâteau !

Sur le kleenex il ne reste que quelques miettes. Gabrielle mâche avec délectation. Labas la fusille du regard.

  • T’es pas gênée ! Tu veux te faire virer ?

Gabrielle avale de travers.

  • Jean ? T’as d’autres gâteaux ?
  • Jean n’a pas de gâteaux et Stéphane n’en a plus !

Elle lance sans complexe à Labas.

  • Ce n’est pas parce que votre fils fait des bêtises qu’il faut en vouloir à tout le monde !

©lenferdudecor

51-Un traître

Retour à l’accueil