25-Moteur!

Tout le monde en régie est effaré par la nouvelle. Un accident de moto alors qu’on a à peine bouclé les premières émissions… Labas s’entretient au téléphone avec le producteur.

  • Tu veux lui demander d’arrêter la moto ? Je te souhaite bon courage…Je suis d’accord avec toi mais je te laisse lui en parler, je n’ai pas envie de me fâcher avec mon Toto… C’est sûr que ce serait chiant de devoir trouver un remplaçant, de refaire une promo… Oui… Tu vois ça directement avec lui…

Daisy, l’assistante de production fouille son grand sac. Elle en sort une trousse de maquillage, de l’aspirine, du paracétamol, de l’ibuprofène, un paquet de chewing gum, dans la foulée elle sort un sextoy qu’elle remet tranquillement dans son sac.

  • Euh ça non ! On n’a pas le temps ! Daisy ramasse ses trésors. Je vais voir s’il a besoin de quelque chose !

Elle s’éclipse. Abigail, s’adressant à l’opérateur magnéto et au son.

  • Nous ici, nous sommes prêts ? On peut enregistrer dès qu’Adrien est là ?

L’ingénieur du son précise que son assistant est en train d’équiper d’un micro l’invité et qu’il restera Adrien, mais ce sera rapide.

Adrien arrive sur le plateau, poursuivi par Daisy.

  • Tu es vraiment sûr que tu ne veux pas de l’aspirine ?

Il la rabroue fermement.

  • Je t’ai dit non !

Elle s’efface, vexée. Il se dirige vers l’invité et lui serre fermement la main. L’homme, jovial et trapu, répond à son sourire.

  • Je suis désolé pour ce contretemps Professeur.
  • Ne vous inquiétez pas j’ai l’habitude, avec la télévision on se doit de prévoir toujours plus de temps ! Mais vous. J’ai appris que vous aviez eu un accident.
  • Oui mais ça va.
  • Vous avez été dans mon hôpital alors !

Adrien évite son regard et trie ses fiches.

  • Oui oui certainement

L’assistant son vient équiper Adrien de son micro mais il râle, supportant mal d’être touché.

  • C’est mon ami Geldauf que vous avez dû voir aux urgences.
  • …Je ne sais pas. Professeur, votre ouvrage sur l’ADN m’a passionné. Il est à la portée de tous, clair et concis. Vous menez vos lecteurs comme s’ils vivaient une expérience policière. J’ai beaucoup apprécié. Le chapitre sur les jumeaux est surprenant aussi. Je n’aborderai pas ce sujet avec vous pendant l’émission mais je ne savais pas que l’ADN des jumeaux était parfaitement identique.
  • Des vrais jumeaux, effectivement. Disons que de légères variations peuvent apparaitre, dues à des mutations durant la réplication, mais le phénomène est très rare.
  • Pas simple alors de savoir au quel on a affaire.
  • Effectivement ! Mais …

Adrien l’interrompt.

  • …il y a les empreintes digitales !
  • A condition qu’ils aient chacun été identifiés !

Les deux sourient. Labas arrive à grandes enjambées.

  • Messieurs en piste ! Mon assistant a dû vous expliquer votre entrée…

Terry bombe le torse en entendant le « mon » assistant. Le professeur acquiesce. Labas reprend.

  • Vous avez vu les trois sujets ?
  • Oui oui. C’est parfait.

Adrien s’adresse à son invité.

  • Surtout, lorsque je vous annonce que nous allons conclure, essayez d’être bref dans votre réponse. Nous avons un timing à respecter.
  • Un quoi ?

Marc Labas prend le relais.

  • Une durée professeur, vous avez un timing pour vos opérations, nous avons un timing pour la nôtre ! Enfin ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas vous opérer, nous on ne fait pas mal ! Bon Terry, on y va ?

Le professeur est un peu désarçonné par la personnalité du réalisateur.

  • C’est parti ! Venez avec moi, professeur.
  • Moi je retourne en régie.

Adrien le retient.

  • Attendez ! Labas se retourne. Ça vous ennuie si je reste debout ? Je m’assiérai à la place « deux » lorsque j’aurai accueilli le professeur…
  • Okay mon gars.

La maquilleuse vient faire le dernier raccord, elle regarde Adrien dans la lumière et le poudre. Labas se dirige vers les cadreurs.

  • Adrien va rester debout jusqu’à l’arrivée du professeur. Il s’est pris une gamelle hier à moto, on va lui éviter trop de mouvement. Où est la déco ? On vire le fauteuil de la place un ! Avant de l’enlever, laissez Terry vérifier que la place est bien marquée.
  • Suis là !

Il vérifie les marques au sol et retire le fauteuil. Labas reprend.

  • Où est le stagiaire ? Qu’il prenne la place d’Adrien pour qu’on vérifie les cadres. La déco !
  • Oui !
  • Regarde les plans des caméras. Je pense qu’il va falloir que tu bouges des accessoires s’il est debout.

Le directeur photo se pointe.

  • Pourquoi on ne m’a pas dit qu’il était debout ?

Terry le regarde froidement.

  • Le « on » c’est moi ? « On » ne le savait pas !

Terry lui décoche un sourire moqueur. Le directeur photo toussote.

  • Oui ben il faut que je fasse des modifs lumière.

Labas regarde sa montre.

  • Fais tes modifs mais grouille-toi ! C’est toi qu’on attend maintenant.
  • Arrête ! Tu me mets la pression !

Labas et le directeur photo rigolent. Ce sont de vieux routards. Ils ne détestent pas les imprévus sur un tournage, somme toute, plutôt relax.

Le téléphone sonne en régie. Abigail décroche.

  • Oui…. Bonjour Maxime… Nous allons tourner… Oui… Je lui dis de vous rappeler après… D’accord.

La scripte s’adresse à Adrien en appuyant sur le bouton « animateur » sur la console devant elle.

  • Adrien tu m’entends. Il touche à son oreillette et hoche la tête. Maxime vient d’appeler. Il cherche à te joindre depuis ce matin.
  • Ah c’est vrai, j’ai oublié d’allumer mon portable, il est en train de charger dans la loge.
  • Il veut que tu le rappelles à la fin du tournage.
  • D’accord.

Marc Labas vient s’asseoir. Il regarde Abigail avec curiosité.

  • Ah mais je vois que tu es enfin arrivée !
  • Ça fait un moment tout de même ! Je suis vraiment désolée de ce …
  • Tu sais que Toto aussi était en retard ?
  • Il parait.
  • Dis donc… Quelque chose a changé, non ?

Méfiante, Abbie préfère ne pas répondre.

  • Je vois quelque chose dans tes yeux…Fais voir…
  • Arrête !
  • Comme… une étincelle ! Tu me caches quelque chose ?
  • Mais non !
  • Je te trouve très en beauté ce matin.
  • C’est gentil !

Il lui fait les yeux doux, elle sourit.

  • Ça suffit, arrête de me regarder comme ça !
  • Je te connais, tu sais !

Elle se tourne de l’autre côté pour éviter son regard. Il se penche vers elle et murmure à son oreille.

  • Tu oserais me mentir, me tromper, me trahir ?

Abbie ne peut s’empêcher de rire. Elle passe une main affectueuse sur la joue de Labas.

  • Est-ce que tu crois que tu peux arrêter de dire des sottises deux minutes ?

Il hausse les épaules et s’adresse aux cadreurs.

  • Caméra trois…

Abigail se penche sur son épaule et murmure.

  • C’est Philippe…
  • Philippe, il faut que tu ripes à droite. Jacques, caméra quatre…
  • C’est Jean-Paul…
  • Jean-Paul, serre un peu plus son gros plan que je voie ce que ça donne. Est-ce que quelqu’un peut me mettre les noms des cadreurs à côté des numéros ?

Sur le plateau Adrien tend ses fiches à Terry.

  • On va pouvoir y aller ?

Labas intervient par les ordres plateau.

  • Attends Toto, regarde ta caméra… Labas s’adresse au cadreur. Elargis JP. Encore… C’est bon. Tu garderas cette valeur sinon on risque de voir que Toto s’est pris un pain !

Abigail se tourne vers lui, stupéfaite.

  • Un pain ?

Il masque son micro et baisse la voix.

  • Tu as vu sa tête ? Il ne me fera pas croire qu’il ne s’est pas bagarré avec quelqu’un. Il veut nous faire croire que c’est un accident de moto pour ne pas avoir de problèmes avec la production. Je ne dirai rien parce que je ne veux pas en rajouter mais ce n’est pas très malin. Faut qu’il arrête les virées nocturnes !
  • Tu ne crois pas qu’il a eu un accident ?
  • Bien sûr que si. Mais il nous cache les détails croustillants…

Il remet son micro et s’adresse à Adrien.

  • Bon Toto, montre-moi ton début de déplacement.

Adrien se dirige vers le professeur.

  • C’est parfait ! Est-ce qu’on est prêt à la lumière ?

Terry le confirme dans les ordres. Labas annonce sur le plateau.

  • Tout le monde en place on y va ! Moteur demandé !

Labas réalise l’émission depuis cinq minutes. Le professeur développe un tic nerveux qui s’accentue avec le temps, il ferme son œil gauche quand il parle et le rouvre dès qu’il se tait, cela perturbe Labas qui par réaction n’arrête pas de cligner de l’œil.

  • Il me rend nerveux ce professeur !

Labas s’adresse à Adrien par l’intermédiaire de l’oreillette.

  • Tu ne peux pas lui demander d’ouvrir l’œil ?

Adrien pouffe et évite le regard de son invité qui explique ses recherches sur l’ADN du singe. Le portable de Labas se met à vibrer. Il décroche et coince l’appareil entre son épaule et son oreille.

  • Qui que vous soyez, dépêchez-vous je n’ai pas le temps… Ah c’est toi Aglaé ? Ça va ma chérie ?… Pourquoi ? Qu’est-ce qui se passe ?… Je ne t’ai pas déjà dit non ?… J’ai dit non !… Rappelle-moi ton âge… Donc c’est non… Non on ne sort pas le soir jusqu’à minuit quand on a treize ans !… J’ai dit non !…Oui ben je m’en fous que ta meilleure amie ait la permission, toi tu ne l’as pas !… Je sais que je suis ringard, je sais, tant pis… Passe-moi ta mère !

Il repose son portable.

  • Ma fille m’a raccroché au nez !

Il prend à témoin toute la régie.

  • Non mais je rêve. Cette petite merdeuse m’a raccroché au nez !

Son portable vrombit à nouveau. Il s’en empare.

  • La prochaine fois que tu me raccroches au nez je… Sa voix devient mielleuse. Ah c’est toi ! Oui… Ta fille m’a raccroché au nez !… Notre fille, je sais… Elle pleure ? Pourquoi ?… Oui ben c’est non ! Passe-moi Albert… Dis-moi mon Zinzin, c’est très généreux de ta part de vouloir accompagner ta petite sœur pour qu’elle puisse sortir, mais je refuse. On ne sort pas jusqu’à minuit même avec son grand frère quand on a treize ans. Non !… Tu sors avec sa meilleure amie ?…Mais elle a treize ans !…Comment ça ta mère ?…Quel est le rapport ?…Je te prie de ne pas nous comparer avec toi, ta mère n’a pas treize ans… Non…Ça suffit Zinzin, nous on est majeur que je sache !… Bon. Je finis tôt ce soir ça tombe bien. Repasse-moi ta mère !

Tel un virtuose, Labas passe d’un plan à l’autre, lève le doigt quand il veut remettre le synthé de l’invité. Il arrive à rester concentré sur sa réalisation et sur sa conversation familiale.

  • Je rentre tôt ce soir, on va faire une petite réunion familiale… Dis à Zinzin que sa sortie est annulée. Il va faire la gueule mais tant pis… Personne ne sort ce soir ! Quoi ?… Tu allais au ciné avec Véro ! Toi tu peux sortir si tu veux ma chérie, mais ça aurait été bien que tu sois là tout de même, c’est un problème qui concerne toute la famille… Tu fais quoi alors ? …Passe une bonne soirée ma chérie !

Il raccroche, cligne plusieurs fois de l’œil. Il se tourne vers Abbie.

  • Tout va bien ?
  • Nous oui, ça va !

©lenferdudecor

26-Confrontation

Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *