13-L’art et la manière

Dans la régie, Marc Labas les pieds sur la console, consulte ses sms. Abbie, de mauvaise humeur, se laisse tomber dans le fauteuil à côté de lui.

  • Notre animateur est asthmatique !

Labas la regarde surpris.

  • Comment sais-tu ça ?

Elle hausse les épaules exaspérée.

  • J’en ai marre de cette Daisy ! Elle a un de ces culot !

Il se redresse dans son fauteuil.

  • Qu’est-ce qu’il y a Abbie ?
  • Rien !
  • Tu peux me le dire à moi !
  • Surtout pas !
  • Qu’est-ce que ça veut dire ?
  • Elle fait sa mijaurée avec ses yeux, là !

Elle bat des cils, passe ses mains délicatement sur son visage, se recoiffe, remue des fesses sur le fauteuil.

  • Non mais qu’est-ce qu’elle fout en prod ! Faut la mettre sur scène et devant la caméra cette fille, elle aime tellement se faire remarquer ! Elle m’énerve !

Labas l’observe, stupéfait.

  • C’est ce que je vois ! Tu ne peux pas me la faire à moi, je te connais trop bien. Ce n’est pas dans tes habitudes de critiquer les autres, alors ?

Il la regarde en jouant des sourcils à la Groucho Marx, elle ne peut s’empêcher de rire.

  • Arrête de faire le clown ça ne marche pas avec moi !
  • Bien sûr que si ça marche tout le temps avec toi !
  • Bon… Notre invité suivant est déjà prêt, maquillé et pomponné, si tu veux le rencontrer en attendant d’achever l’inventeur…
  • Ne parle pas ainsi tu vas nous porter la poisse ! Tu changes de conversation, mais on en reparlera. En attendant, si notre invité est prêt, c’est parfait ! Je peux pas blairer ce type, mais j’aime bien ce qu’il fait. Georges comment déjà ?

Abigail soupire, préoccupée.

  • Stavish, Georges Stavish.
  • Ah oui c’est vrai ! D’ailleurs j’ai apporté son CD pour qu’il le dédicace à ma fille…

Labas reste en suspens, comme s’il cherchait ses mots. Abigail, agacée, lance illico.

  • Aglaé ?
  • Je te remercie, je sais encore comment s’appelle ma fille !

Labas sort le CD de la poche de sa veste. Abigail se renfrogne, quelque peu ennuyée par la hâte qu’elle a eue à répondre.

  • Aglaé connaît Stavish ? C’est bien ! Moi je ne le connaissais pas !
  • Non, elle ne le connait pas. Mais si elle a son CD dédicacé, elle aura la curiosité de l’écouter au moins une fois ! Je veux qu’elle s’ouvre à de nouveaux horizons mais elle est obtuse comme son père !
  • C’est sûr !

Marc Labas se lève, s’étire en baillant.

  • Je crois qu’il faut que je prenne un café…
  • Tu ne veux pas passer voir Adrien d’abord ?
  • Pour quoi faire ?
  • Je ne sais pas ! T’assurer que tout va bien.
  • Pourquoi ça n’irait pas ?
  • Je te dis qu’il fait de l’asthme !
  • Oui et alors ?

Abbie lève les yeux au ciel. Décidément, même Labas l’énerve.

  • D’accord, je passerai le voir pour te faire plaisir, mais d’abord, je dois me débarrasser d’une corvée… A nous Stavosh !
  • Stavish, Marc. Georges Stavish !

Il lance un clin d’œil à Abbie, qui avec lui retrouve toujours le sourire, il le sait et part à la rencontre de Georges Stavish.

_ _ _

La soixantaine parfumée, la mèche blond cendré lui barrant le front, les petits yeux bleus vifs et intelligents, lointain sosie de Johnny Hallyday, l’allure noble et hautaine, Stavish goûte avec délectation chaque macaron mis à sa disposition sur un joli plat argenté dans sa loge. Labas lui tend une main ferme.

  • Enchanté de vous rencontrer monsieur Stavosh.

L’autre le reprend avec mépris.

  • Stavish !
  • Oh excusez-moi. J’ai confondu avec Georges !
  • Non Georges, c’est mon prénom.
  • Oui je sais mais Georges et Stavosh, c’est logique, ça sonne bien. Georges Stavosh ça fonctionne ! Stavish, moins ! Stavish avec Georges ce n’est pas terrible, ça ne marche pas bien, il n’y a pas de musicalité…
  • Vous êtes musicien ?
  • Non non ! Je…
  • Moi je le suis, mais voyez-vous cette partition là, ce n’est pas moi qui l’ai composée, ce sont mes parents.
  • Ils ont raté le coche !
  • Mais qu’est-ce que vous voulez monsieur… Monsieur ?
  • Marc Labas, réalisateur de l’émission.

Les deux hommes échangent un regard froid. Labas se reprend d’un ton mielleux.

  • Auriez-vous l’amabilité de dédicacer à ma fille Aglaé votre dernier « opus » ?

Stavish s’adoucit, son regard change du tout au tout, la dureté fait place à la jovialité.

  • Mais bien sûr !

Il signe sur le CD et le rend à Labas qui s’en saisit, tout guilleret comme un gamin.

  • Merci ! A tout de suite pour l’interview !

Stavish le regarde s’éloigner d’un bon pas et s’adresse à son attaché de presse.

  • Il s’appelle comment ce réalisateur déjà ?
  • Marc Labas.

Les petits yeux vifs fixent une tache sur le plafond.

  • Ça me dit quelque chose…
  • Il est très connu ! Il a réalisé entre autre « Du vent sur la Tamise »…Une très bonne série !
  • Ahhh… C’est lui !

Il a l’air de le dire avec admiration mais il se reprend tout de suite en gobant un macaron.

  • Je n’ai pas aimé !

©lenferdudecor                                                                14-Expédition nocturne…

Retour à l’accueil

Un commentaire:

  1. Drôles de moeurs à la télé, le présentateur doit valoriser et même flatter l’invité et le réalisateur s’en fout. Si c’est comme ça on va en entendre de belles !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *