30-Enquête

La concierge parle avec un policier. L’entrée de l’immeuble est filtrée, une rangée de journalistes s’impatiente. Certains appellent la vieille dame pour la questionner. Un photographe est posté dans l’immeuble d’en face. Il a réussi à convaincre un couple de personnes âgées, moyennant un billet de cent euros, de lui laisser passer la soirée à observer l’appartement d’en face. Le couple est plutôt heureux de cette distraction inhabituelle, ils lui ont même offert un apéritif et des petits gâteaux salés que l’homme a accepté avec plaisir. Il observe les fenêtres en essayant de ne pas se faire remarquer, de crainte qu’ils ne ferment les rideaux. Il voit des policiers en civil prendre des photos de la pièce. Un médecin est penché au-dessus d’un homme assit dos à la fenêtre. Probablement notre homme, pense le photographe. Un autre médecin les rejoint suivi des pompiers. Terry sort sur la terrasse, il s’appuie sur la rambarde et téléphone.

  • Marc ? Terry Fonssar à l’appareil.
  • Ouh la la Terry, il est tard. Un problème ?
  • Un gros oui ! Adrien s’est fait casser la gueule à son domicile. Le tournage est foutu. Ils l’ont salement arrangé.
  • C’est une blague ?
  • J’ai bien peur que non.
  • C’est quoi cette histoire ?

Terry, surpris par le ton de Labas, ne trouve rien à répondre.

  • Des cambrioleurs ? En fin d’après-midi ? Tu lui as parlé ?
  • Je suis chez lui…
  • Rassure-moi, ce n’est pas toi…
  • Mais non Marc franchement, vous me voyez…
  • Ah mais avec Toto je vais finir par m’attendre à n’importe quoi !
  • Je m’en voulais de l’altercation que nous avions eu dans sa loge alors je passais le voir …
  • Et qu’est-ce qu’il dit ?
  • Il ne dit rien. La police et les pompiers sont là. Je ne sais pas exactement ce qui s’est passé.
  • C’est très emmerdant ! C’est un voyou notre Toto ?
  • Je ne sais pas ce qu’on va dire à la prod !
  • La vérité… Je m’en occupe, je vais tout de suite prévenir de Ponchartrain.

Adrien sort à son tour sur la terrasse, s’appuie sur un fauteuil. L’œil rivé à l’objectif, le photographe mitraille. Adrien rejoint Terry et s’appuie à son tour au garde-corps.

  • Tu es sûr qu’avec un bon maquillage…

Terry jette un œil à Adrien.

  • Avec des effets spéciaux vous voulez dire !
  • Ah d’accord !
  • Cette fois, Adrien ne sera pas en état demain.
  • Okay je te laisse j’appelle de Ponchartrain. Tiens-moi au courant. Et embrasse notre vedette !

Il raccroche. Terry pose une main sur l’épaule d’Adrien.

  • Labas est prévenu. Il s’occupe de tout.

Adrien tourne la tête vers lui, ses yeux brillent d’un éclat presque inquiétant.

  • J’en ai rien à foutre de Labas. Tu n’aurais jamais dû leur parler d’un type qui me ressemble. J’ai nié absolument tu m’entends ! Et d’abord qu’est-ce que tu es venu foutre chez moi !
  • J’ai dit ce que j’ai vu ! Ce type, j’ai cru que c’était toi !
  • Non ! …Et de quoi tu te mêles !
  • Je vais mettre ça sur le compte du stress !
  • Tu mets ça sur le compte de ce que tu veux mais tu fermes ta gueule et tu laisses mon frère en dehors de ça !
  • Ton frère ?

Le fait que Terry prononce ce simple mot le bouleverse d’avantage encore. Il se prend la tête dans les mains, se laisse glisser le long du garde-corps pour s’asseoir à même le sol. Il reste un moment ainsi, prostré. La réalité prend toute sa forme abjecte, tout ce qu’il a pu imaginer auparavant tombe en miette. Ça ne ressemblera jamais à ce qu’il avait idéalisé. Il a grandi, s’est construit sur un socle pourri, sur des sables mouvants ! Maintenant que lui reste-t’il ? Terry s’agenouille à ses côtés.

  • C’est ton frère qui t’a fait ça ?

Enfin Adrien relève la tête en passant ses mains sur ses yeux.

  • Dis aux flics que tu t’es trompé, que tu étais troublé et donne un autre signalement.
  • Tu me demandes de faire un faux témoignage ?
  • Oui.

©lenferdudecor

31- Règlement de comptes

Retour à l’accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *